BURKEMAN Oliver, Therapy wars : The revenge of Freud, The Guardian, 07/01/2016 – résumé par Isabelle COUNET

Oliver Burkeman

Thérapies en guerre : la revanche de Freud[1]

Dès après la 2e guerre, le développement des sciences psychologiques, basées sur des preuves tangibles, a abouti à des résultats statistiquement quantifiables, à la base des TCC. Celles-ci ont pris leur essor dans les années 60 et 70. Elles ciblaient les troubles apparents, les schémas de pensée erronés des patients, leurs émotions négatives qu’il fallait identifier, modifier, pour finalement parvenir à éradiquer ces intrus », à l’aide de questionnaires, de logiciels informatiques, de protocoles structurés jalonnant les séances avec des praticiens TTC. Cependant, ni les TCC, ni la psychanalyse et les thérapies psychodynamiques ne peuvent rien prouver.

Mais quand on compare l’efficacité des différentes méthodes et le soulagement qu’elles apportent à long terme, O Burkeman, auteur, correspondant à New York du quotidien britannique The Guardian, se basant sur des études récentes en faveur de la psychanalyse et des thérapies psychodynamiques, constate que l’approche psychanalytique témoigne de résultats plus probants dans la durée et d’une amélioration plus profonde de l’état des patients, atteints de dépression sévère. C’est la relation thérapeutique entre patient et thérapeute (transfert), la prise en compte de ses expériences primaires, qui peut amener le patient, avec un travail en profondeur parfois long et ardu, à un réel changement d’existence, existence dont nous ne maitrisons d’ailleurs qu une infime partie.

Quant aux processus décisionnels, les neurosciences, discipline relativement récente, prouvent que notre cerveau les prend avant que nous n’en ayons nous-mêmes conscience : la complexité cérébrale neuroscientifique ne serait donc pas si éloignée de l’inconscient de Freud pour qui « Le moi n’est pas maître dans sa propre maison ».

 

Isabelle Counet isa_counet@hotmail.com,

Psychothérapeute d’orientation analytique CFCP, M.A. Espace analytique Belgique.

 

[1] The Guardian, 7 janvier 2016.